À mes deux filles, ces futures femmes

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

En ce jour de la Femme ou des droits de celle-ci, j’ai souhaité y aller d’un ton plus personnel. De ne pas voir uniquement la femme dans son ensemble, mais plutôt comment la femme que je suis influencera les femmes que je suis entrain d’éduquer. J’ai deux magnifiques filles qui poussent dans la lumière de celles qui sont passées avant elles et qui prennent racines dans une société plus égalitaire.

Mes filles, être une femme, ce n’est pas toujours évident. Même si on vous dira toute votre vie que l’égalité est atteinte et que parfois vous vous surprendrez à y croire, l’injustice fait malheureusement encore partie de notre ADN féminin semblerait-il. Vous verrez, c’est toujours subtile. Tellement, que ça peut vous paraitre invisible. Je vous assure, ça ne l’est pas.

Être une femme

Au départ, ça sera anodin. Un petit gars dans la cours de récré vous dira que vous lancez le ballon comme une fille. Un simple commentaire futile, pas la peine de se fâcher! Puis, vous grandirez, vous remarquerez que le regard sur vous changera. Vous zipperez votre manteau plus haut pour éviter un regard disgracieux quand vos seins commenceront à naître. Pas la peine de commentaire, vous penserez même que c’est normal et que vous l’avez cherché! Adolescente, vous réaliserez que vos changements d’humeur ou vos frustrations deviendront de manière permanente des SPM. Un homme ça se fâche, ça se met en colère. Une femme, c’est trop émotif et en SPM. Vous aurez votre première rencontre chez le doc pour un moyen de contraception. Peut-être que votre chum vous dira que c’est votre responsabilité, après tout, il n’aime pas porter le condom. Comme si nous, les femmes, on adorait modifier entièrement notre système hormonal pour éviter de se faire mettre enceinte. Comble d’ironie, il y a même des chances pour que ce soit un homme qui vous prescrive votre méthode en vous disant que les risques sont faibles pour vous et qu’ainsi va la vie. Viendra la période des bars, celle où vous devrez constamment surveiller votre verre par peur d’être droguée et où vous devrez vous promener en groupe pour éviter d’être violée. Quand vous reviendrez à la maison, tard le soir, vous changerez de côté de rue à la vue d’un homme louche. Si vous êtes malchanceuses, il aura assez d’audace pour vous siffler comme un chien ou vous envoyez quelques invitations insistantes à venir le rejoindre. C’est à ce moment que vous réaliserez que vous tenez votre trousseau de clé, prête à frapper. Encore une fois, vous n’en ferez pas un cas, c’est ça être une femme. Vous entrerez ensuite sur le marché du travail et je vous souhaite que les postes de gestionnaires ne soient pas tous occupés par des hommes. Que la diversité au sein des postes de direction existe. Puis, vous réaliserez que c’est un brin décevant de donner votre promotion à votre collègue plus disponible puisque vous êtes actuellement occupée à fabriquer un bébé. Vous qui pensiez que la maternité ne pouvait plus influencer votre carrière.

C’est à ce moment, quand vous aurez l’âge que j’ai aujourd’hui, que vous réaliserez que la Femme a encore du chemin à faire pour obtenir un statut égalitaire. Que votre mère féministe n’était pas si extrémiste finalement et que vous êtes chanceuses d’être venue au monde dans une lignée de femmes audacieuses, intelligentes, drôles, fortes, sensibles, persévérantes et fières. Parce qu’être une femme, c’est aussi pouvoir être tout ça!

Si vos expériences sont des couleurs et vos émotions des nuances, je vous souhaite que votre vie soit une toile blanche sur laquelle vous pouvez mettre autant de couleurs que vous le souhaitez. Je vous aime mes filles.

Plus
d'articles

Personnel: Être LA Sarah Tailleur

Une réputation, qu’elle soit positive ou négative, c’est difficile à porter par moment. Ça vient avec la peur de ne pas l’égaliser. La peur de faire un pas de travers. La peur d’être jalousée. La peur d’être jugée. Comme si vous vous attendiez à rencontrer une surhumaine.

Lire la suite...