Mon livre: En exclusivité!

photographe, sarah tailleur, livre, eyrolles, photographie, séance photo, devenir photographe, photographe de famille, enfant, bébé, étude
Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Il y a environ 1 semaine, j’ai abouti un des plus gros projets de ma vie (après ma fille évidemment!). J’ai terminé d’écrire mon tout premier livre qui aura comme sujet la photographie portraitiste de particuliers. Concrètement, je répondrai à la question «Comment être un photographe portraitiste en 2014». Ce livre est dédié à tous ceux qui aimeraient devenir photographe indépendant se spécialisant en portrait de famille, d’enfant, de bébé ou encore de futures mamans. Que vous soyez un étudiant en photo, un amateur ou même un photographe professionnel, il y aura certainement quelques trucs pour vous. Mon but n’est pas de vous dire comment réaliser vos photos de manière technique, mais bien comment pour mener une activité de photographe dans son ensemble. Allant des formations, en passant par le fait de cibler sa clientèle, de réussir à faire la promotion de ses services en passant par le déroulement d’une séance. Et comme vous êtes nombreux à me poser des questions à ce sujet à savoir quand il sortira, combien il coûtera, de quoi il parle et j’en passe, je me suis dit qu’il serait une bonne idée d’écrire un article de blog à propos de mon expérience et de tout ce qui entoure sa sortie. Ainsi, vous comprendrez mieux ce qui m’a mené à l’écriture, mais aussi les raisons pour lesquelles je crois que ce livre en accompagnera plus d’un.
Cette épopée a débuté par un courriel de la bien sympathique Hélène des Éditions Eyrolles à la fin novembre 2013. Sois 1 mois tout juste après mon accouchement, alors que j’étais en congé de maternité pour 3 mois. En lisant le courriel, qui me proposait d’écrire un livre, je me demandais sincèrement si j’allais pouvoir mener à terme ce projet et surtout si j’allais avoir le temps avec un bébé qui allait avoir moins d’un an tout au long du processus. J’étais dans les nuits blanches, les couches et les biberons… Le cerveau bien au ralenti. Suite à une discussion avec mon conjoint et ma famille, je me suis questionnée à savoir si j’étais mieux de refuser le projet puisqu’ils étaient tous d’accord pour dire que ce serait probablement pas aussi lucratif financièrement que le temps que j’y investirait. Que ça allait être un énorme projet comme j’apprenais en même temps à devenir une maman. Toutefois, une partie de moi ne voulait pas abandonner ce projet qui se présenterait peut-être qu’une seule fois dans ma vie. L’écriture était quelque chose qui m’intéressait et ceux qui me connaissent savent que j’aime repousser les limites de l’impossible. Alors moi, me faire dire «tu n’y arriveras jamais avec un bébé», ça sonnait plutôt comme un défi. C’était assez pour que je me lance les deux pieds dans le vide!
Plusieurs échanges de courriels s’en suivirent afin de cibler le sujet de mon livre et nous passèrent à la signature des contrats. De janvier à septembre 2014, j’écrivais et avançais le livre au maximum de ma capacité. Parfois très tard le soir, d’autres moments avec un bébé qui jouait avec mon clavier en même temps (Dieu merci, Hélène était là pour faire les relectures). Pour ceux qui ne connaissent pas les Éditions Eyrolles, il s’agit d’une maison d’éditions française. Ayant déjà une collection concernant la photographie, il était plus facile pour moi de cibler ce qu’il recherchait. Donc, d’emblée je savais que j’écrivais un livre qui sera lu autant en France qu’au Québec. Il était primordial de collaborer avec quelqu’un qui connaissait le marché français, mais aussi sa législation. Parce qu’une loi d’ici n’était pas forcement la même là-bas. L’euro devait aussi être converti en dollars et les expressions adaptées aux deux communautés. Parce que non, la France et le Québec ne parlent pas toujours le même français, ça je l’ai réalisé! Ayant un vocabulaire plus familier, il fallait parfois m’ajouter un peu de retenu, comme je devais parfois ajouter un brin de folie à un style d’écriture trop classique. Nous avons su doser pour le meilleur des résultats (je l’espère!). J’écrivais donc un chapitre, l’envoyais en relecture pendant qu’un autre me revenait avec ces corrections. Un vrai travail de moine. Une fois l’écriture et les relectures effectuées, il était temps de passer au montage du livre. J’ai alors procéder à la sélection des photographies qui allaient se trouver dans celui-ci. Tellement difficile! Mon livre aurait pu contenir le double de page si j’avais pu mettre toutes les photos que j’aimais. J’y suis donc allée par élimination pour obtenir le plus de variété possible. Une fois la sélection des photos effectuée, il fallait contacter la totalité des gens qui se trouvaient sur les photos. Probablement la tâche la plus longue que j’ai du à faire. Écrire au client pour avoir son accord, remplir un contrat, lui envoyer, tenir à jour les contrats reçus ou non, remplacer les photos sans nouvelle ou que je ne pouvais finalement pas utiliser… Bref, des heures et des heures de plaisir!
Le tout fut envoyer à l’équipe de graphistes qui travaillaient sur le projet en France. Un travail de lâcher prise pour moi, puisqu’étant designer graphique de formation, j’avais de la difficulté à laisser le tout entre les mains de d’autres graphistes. On me renvoyait les maquettes, je donnais mes opinions, on modifiait et me revenait. Voilà maintenant que le livre est monté et final. Qu’il est chez l’imprimeur et que je ne peux plus rien y changer. C’est un peu angoissant quand j’y pense, ce n’est pas comme un article de blog que je peux supprimer, modifier ou duquel je peux expliquer mes propos. Une fois écrit, ce livre est indépendant de moi. Il devra se battre seul contre les critiques ou les mauvaises interprétations de lecture. Je n’y peux plus rien. Mais c’est à la fois tellement rassurant quand je me dis qu’il est terminé, que j’ai enfin réussit.
Dernière étape à venir: La vente et la promotion. Le 6 novembre 2014 est la date officielle de sortie prévue en France. Juste à temps pour le salon de la photo et celui du livre qui se tiendront là-bas. Comme l’éditeur doit exporter le livre au Québec et le faire traverser les douanes au passage, il sera au Québec probablement plus à la fin novembre. Juste à temps pour l’offrir à Noël! Il sera vendu dans toutes les bonnes librairies, ainsi qu’en ligne. En France, son coût sera de 26€, au Québec je l’ignore encore puisque cela dépendra aussi des frais d’exportation. J’espère de tout coeur qu’il connaitre un succès et que les gens s’y intéresseront. J’y ai mis corps et âme… Littéralement. Les heures de sommeil en moins, les connaissances que j’ai accumulé offertes par écrit et un brin de qui je suis. J’espère sincèrement que vous aurez autant de plaisir à le lire que j’en ai eu à l’écrire et qu’il pourra vous accompagner pour vous accomplir et réaliser vos rêves!
Pour avoir une meilleure idée du contenu de ce livre, voici les premières pages, ainsi que la table des matières… Question de vous mettre l’eau à la bouche! 😉
photographe, sarah tailleur, livre, eyrolles, photographie, séance photo, devenir photographe, photographe de famille, enfant, bébé, étudeBlog43Blog44Blog45Blog46

Plus
d'articles