Personnel: De photographe à gardienne d’enfants…

Sarah Tailleur Photographe
Partager sur facebook
Partager sur pinterest

What’s a day! Je ne sais par où commencer… Une journée avec mon copain à jouer les gardiens de Zac 9 mois et Jade 3 ans. Je dois avouer avoir le beau rôle dans mon travail de photographe. J’énerve et j’amuse les enfants au maximum pendant 1 à 2 heures et je les retourne aux parents par la suite. Mais aujourd’hui, je me suis aperçue que de surexciter des enfants avec qui j’allais passer la journée n’était peut-être pas une solution qui se méritait un prix Nobel.
Ce fût une journée de grandes premières pour moi. Première couche à changer, premier «Sarahhhhhh j’ai fini mon pipiiii!!!!», première sortie en poussette, premier habillage de bébé en manteau/tuque/bottes, premières larmes sans une maman à côté pour tout régler à ma place… J’ai bien aimé, mais je crois que je n’étais pas prête à ça. Une maman ça vient avec un deuxième cerveau, un troisième bras, parfois même quatre et des yeux qui font des 360 degrés. Chose que je n’ai pas par manque de pratique. Dès le début de la journée, une Jade très heureuse de nous voir. On court dans la maison, on chatouille, on s’amuse… Mais lorsque les adultes se tannent de courir et bien un enfant, ça en redemande! Mon chum, fier de son coup, a décidé qu’il s’occupait de Zac. «Un bébé… facile, je vais laisser Sarah courir». Il avait raison. Je sors dehors avec Jade, lui reste au chaud avec bébé qui lui fait des sourires sans raison apparente et qui joue tranquillement dans ses jouets. Nous, à l’extérieur, on tente une promenade. Dans le langage d’un enfant, une promenade c’est assez abstrait, ça veut dire parcourir au maximum 10 mètres en 30 minutes, tout en ramassant des cailloux et en sautant des les flaques d’eau. De retour à la maison, l’heure du dîner. La première fois où j’ai senti un petit chaos. Je prépare tranquillement le repas, Jade veut savoir si le repas s’en vient aux 2 minutes et Zac décide de pleurer incroyablement fort… C’est à ce moment, que mon chum décide qu’il préfère maintenant être en charge de Jade et me tend le bébé. J’essaie de faire manger le petit… Dans les cheveux, dans les sourcils, sur les doigts, sur le plancher, dans la fenêtre, sur mon chandail, l’assiette est vide, mais pourtant je ne pourrais dire si il en a réellement mangé. Le tout en me regardant dans les yeux et en riant très fort… Là, à ce moment précis, j’ai vraiment cru qu’il riait de moi.
Mon copain mange avec Jade, qui le complimente sur le goût du repas qu’il n’a pas fait. Moi je mange debout en essayant de réconforter Zac qui a définitivement trop de fatigue dans le corps. Je laisse l’assiette sur le comptoir, chauffe un biberon et m’installe sur le divan avec lui. Il s’endort finalement et moi je suis prise sous lui. Et croyez-moi, il ne voulait pas que je parte. Le copain fait de la pâte à modeler tranquillement avec Jade. Je fais la sieste avec bébé. Petit moment de bonheur pour moi. Quel sentiment que de sentir sa tête contre mon épaule, d’entendre ses grands soupirs, de sentir son coeur battre plus lentement et de tenir sa petite main détendue. Ce n’est pas le mien, mais à cet instant, j’ai compris qu’il me faisait confiance et que je n’étais pas une si mauvaise gardienne.
En après-midi, j’en profite pour manger le reste froid de mon repas. À ce niveau, je ne sais même pas si on peut appeler ça un reste… Quand tu manges 3 bouchées et que tu laisses ça sur le comptoir…? Nous retournons dehors, mais cette fois tout le monde ensemble. Zac qui dort dans la poussette, Jade qui récolte encore les cailloux. On prend l’air. Moment de fou rire lorsque Jade pose beaucoup de questions et que mon copain, ne sachant plus quoi lui répondre, commence à répondre en politicien…
Jade: Est-ce qu’on va au parc?
Copain: Il y a trop de neige dans le parc.
Jade: (qui pose encore et toujours la même question)
Copain ne sachant plus quoi dire: «On verra», «Écoutez madame Jade, il faudrait évaluer la question. On pourrait effectuer un sondage afin de savoir ce qu’en pense les contribuables», «À ce moment, il est difficile de fournir une réponse précise», «Sachez Madame Jade que toutes les solutions sont envisageables» , «Il faudrait former un comité pour établir une réponse structurée sur cette question»…
Jade ne comprend rien, mon copain prend un malin plaisir à lui fournir des réponses du genre et moi je suis pliée en deux. Je vous défi de faire le test avec votre enfant, c’est assez drôle de voir son visage perplexe.
Bref, j’ai passé une belle journée, beaucoup de rire, de plaisir. Mais aussi beaucoup de fatigue. Je vous garanti que les enfants dormiront comme des bûches… Et nous aussi!
Sarah Tailleur PhotographeSarah Tailleur PhotographeSarah Tailleur Photographe

Plus
d'articles