Personnel : La pluie après le beau temps…

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Il y a des périodes où on a l’impression d’avoir atteint le bonheur. On le sent, on le « feel ». La routine familiale va bien, le couple est en amour plus que jamais, on sort avec les amis et on sent leur présence réconfortante; on est juste bien et heureux. Ces moments sont de longs fleuves tranquilles de bonheur. Il faut les savourer quand ils passent ces moments. Ma vie a toujours été divisée en deux phases, celle du beau temps, puis de la pluie.

Je sais, plusieurs diront que tout n’est pas noir ou blanc. Mes amies vous le confirmeront, c’est un de mes plus gros défauts. Avec moi, il n’y a pas de demi-mesure et il n’y a pas de zone grise. C’est noir ou blanc. C’est aussi ce qui me rend si amoureuse de la photographie. Je peux repousser mes limites et offrir à ma créativité des limites toujours plus grandes. J’aime ou je n’aime pas. Alors, quand j’entre dans un projet, je plonge totalement. Cependant, on dirait que ma vie en général a toujours été construite de cette façon. Tout m’arrive toujours en même temps, les grands bonheurs comme les grandes angoisses. J’ai un karma pour ça. Je ne peux pas avoir qu’une seule mauvaise nouvelle, j’en ai 10 en même temps. Le bon côté, c’est que je ne peux pas avoir qu’une bonne nouvelle, j’en ai aussi 10. Par exemple, dans le passé (sans trop y revenir cette fois!), il y a eu une phase de pluie battante… Tout ça en quelques mois à peine. Toutes les mauvaises nouvelles s’enchaînaient. Si on opte pour un exemple du beau temps, il y a eu l’arrivée d’Olivia, un couple tellement amoureux, une entrée d’argent imprévue, une nouvelle cuisine, l’écriture d’un livre… Ma vie est un enchaînement de ces phases. Soit c’est la pluie, soit c’est le beau temps. C’est tout ou rien.

Il suffisait d’écrire un article sur l’anxiété et combien ma vie allait bien actuellement pour que mon karma se renverse totalement. Je vais bien, rassurez-vous. J’ai juste un peu de brou dans le toupet et disons que je dois me retrousser les manches plus qu’à l’habitude comme la fatigue commence à se faire sentir. Cette fois, la série pluvieuse a débuté avec une erreur de comptabilité majeure qui m’a occasionné (et qui m’occasionne encore) un grand lot de stress. Une routine familiale qui ne rêve qu’aux vacances et un bébé difficile qui ne voudrait que passer 100 % de son temps avec nous. Une santé « hormonale » qui me joue tellement de tours et qui fait parfois de moi l’impression d’être une épave qui dormirait jour et nuit, mais qui finalement fait de l’insomnie. Une adjointe qui a dû quitter son poste de manière précipitée alors que je ne croyais pas devoir en former une autre avant plusieurs années. Une relation d’amitié qui s’écroule venant avec une grande amertume. Amenant un lot d’incertitudes, de stress et parfois de larmes. C’est ça la vie. Dans ces moments, il faut s’agripper au bon, à ce qui nous fait vivre normalement. À ce qui nous fait sourire. Parfois d’infimes petits instants. Au sourire que ma fille me fait en arrivant de la garderie, à la baignade en amoureux dans la piscine à 21 h le soir, aux séances qui me font vibrer et me libérer du négatif. Eh oui, je suis spéciale comme ça moi, mon boulot, c’est ce qui me fait décompresser. Pas tout le temps, on s’entend, car la gestion, la comptabilité et la post-production sont parfois des éléments qui vont m’ajouter des tâches et du stress, mais la prise de vue, elle, me libère.

Bref, ma vie a été créée de pluies et de beau temps. Parfois, on a l’impression que les autres ont toujours une plus belle vie, de plus grands bonheurs et qu’on doit les envier. Cet article n’est pas pour m’apitoyer sur mon sort, ce n’est pas mon genre et je déteste le faire. Je veux plutôt vous faire part du fait que des imprévus, des problèmes et de l’incertitude, ça arrive toujours en « gang ». Je suis certaine que vous avez aussi expérimenté le phénomène. Je sais toutefois que le beau temps reviendra, il revient toujours. Même si parfois ça semble long avant de réussir à se ressortir la tête de l’eau. Alors, souvenez-vous qu’à un moment ou à un autre, quand vous vous sentirez débordé, fatigué et que la vie décidera de ne plus vous faire de cadeau quelque temps, que c’est signe que le bonheur est à venir… Ah! Et les vacances aussi…

Blog285

Plus
d'articles