Photographe: Ami ou profiteur?

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Entretenir des amitiés et rencontrer de nouvelles personnes a toujours été du sport depuis que j’ai choisie de devenir travailleuse autonome. Dès le Cégep, je n’ai pas fréquenté le même établissement que mes amies du secondaire, réalisant des études techniques en graphisme qui prenaient beaucoup de mon temps et un travail dans un studio de photographie à temps partiel. Déménageant dans un autre secteur de la ville, allant à l’université en même temps que de lancer mon entreprise, travaillant 70 heures par semaine… Bref, mes amitiés furent probablement un des premiers sacrifices que j’ai fait pour ma carrière de photographe, mais aussi mes études et ma vie de couple (maintenant familiale). Toutefois, je ne regrette rien, je suis désormais entourée de nouvelles amies merveilleuses datant du Cégep ou encore de collaborations professionnelles qui ont bien évoluées. Maintenant, elles sont peu nombreuses, mais c’est la crème de la crème! Rien de moins. Je leur offre toute ma confiance et même lorsque le temps me manque, je sais qu’elles savent que je les apprécies et que je suis heureuse de les avoir dans ma vie… Du moins, j’espère qu’elles le savent! Avec le temps, mais surtout avec l’accroissement de ma carrière, j’ai réalisé qu’il était devenu bel et bien difficile de rencontrer de nouvelles personnes. Pourquoi? Parce que je ne sais plus différencier les personnes qui tentent de se rapprocher de moi pour les bonnes raisons, sur des bases solides que celles qui le font plutôt pour être amie avec Sarah Tailleur la photographe, plutôt qu’avec Sarah Tailleur, la fille de 25 ans, parfois timide ou un peu farouche, qui ferait n’importe quoi pour du chocolat, qui tente d’apprivoiser à peu près n’importe quel animal qu’elle rencontre, qui est maman d’une petite fille et amoureuse d’un beau grand châtain depuis 8 ans… Ah, et qui a un petit studio dans son sous-sol pour gagner sa vie, tout simplement!
Je trouve ça un peu bizarre à écrire, mais j’imagine que je ne suis pas la seule photographe à ressentir ce phénomène à un moment ou un autre de sa vie. Depuis les débuts de ma carrière, plusieurs personnes m’ont approchées, que ce soit pour aller prendre un café, jaser ou échanger. Certaines rencontres ont évoluées et sont devenues de magnifiques amitiés, mais d’autres ont aussi connu des fins abruptes. Malheureusement trop souvent, je réalisais au bout de quelques temps qu’une personne était finalement plus intéressée par ma carrière que par ma personne. Un peu comme si j’étais une «vedette»… Que je ne suis d’ailleurs vraiment pas. Ça peut paraitre étrange, mais être amie avec une photographe semble une aubaine pour un bon nombre de personnes. La photographe qui photographiera les enfants gratuitement, celle qu’on invitera à notre fête d’enfant pour qu’elle prenne des photos, celle qui donnera des trucs photo pour aider à démarrer un studio ou encore celle qui viendra dans mon entreprise à rabais. J’en ai vu de toutes les couleurs!
Ce qui est le plus décevant, c’est que maintenant je ne peux m’empêcher d’être méfiante envers quiconque qui tente de développer une amitié avec moi. Je ne veux plus perdre mon temps, je ne veux pas être celle que l’on présente uniquement comme étant «la photographe». J’aimerais pouvoir faire de nouvelles rencontres bien naïvement dans l’espoir de bâtir que des relations enrichissantes, mais ce n’est plus le cas. Avec le temps, je me suis créé des détecteurs à faux-amis, des profiteurs comme j’aime les appeler (ou plutôt comme je n’aime pas les appeler!). Vous êtes photographe et voulez évaluer qui de votre entourage est une bonne ou une mauvaise relation… Faites-le test!
1- Un profiteur est plus intéressé envers ta carrière que ta personne!
Un ami, c’est là pour rire, échanger, pleurer, partager… Ça parle parfois de ta vie professionnelle, mais pas tant que ça! Il veut plus savoir comment tu te sens au travail que comment tu peux l’aider avec ton travail. Un ami, c’est cette personne qui sera là, que tu sois fleuriste, caissier au IGA, garagiste, sans emploi ou justement photographe. Qui aime simplement être à tes côtés, parce que vous vous entendez bien et que vous avez du plaisir ensemble. Que tu maitrises un appareil photo ou non, ne change rien dans sa vie. Si une personne vient te parler uniquement pour te parler de ta carrière, ce n’est pas un ami.
2- Un profiteur aime avoir des trucs, beaucoup de trucs!
Un ami, ça te demande parfois comment tu as posé ton plancher, avec quelle entreprise tu as fait affaire pour le gâteau d’anniversaire de ta mère, si tu peux lui envoyer ta fabuleuse recette de lasagne… Mais ça ne passe pas son temps à te demander comment photographier son enfant, comment régler son appareil ou ta liste de fournisseur. Si quelqu’un de ton entourage te parle toujours de photographie dès les premières minutes à chaque conversation… Sauves-toi, c’est un profiteur!
3- Un profiteur ça veut des rabais et des gratuités!
Un ami, ça t’encourage, ça croit en toi et ça te réfère partout où ça va. Ça te demande en rendez-vous sans parler de rabais, parce qu’il croit en tes capacités et tes prix. Peut-être même qu’il n’engagera jamais de photographe de sa vie. Et ça change rien pour toi, ni pour lui. Il sera content si tu lui offre un rabais après sa séance, mais aurait clairement payé tes services même sans. Un profiteur ça te donne des nouvelles juste quand la dernière photographie de famille commence à dater ou quand il a absolument besoin d’un photographe pour une occasion. Ça n’a jamais de budget à t’offrir ou encore c’est avec un rabais important que tu devra réaliser le tout à sa demande. Ça t’invite à la fête du petit dernier en te spécifiant d’apporter ton appareil, un peu comme quand on demande à un d’apporter des crudités ou son alcool. Mais toi, tu es le seul à qui on demande uniquement d’apporter son appareil.
4- Un profiteur ne fait pas la distinction entre ton appareil photo, ta carrière et toi!
Un ami, ça veut te voir, passer du temps avec toi et jaser tranquille en linge mou pas maquillé. Un profiteur, ça veut surtout voir ton appareil photo et te voit uniquement comme étant une personne qui travaille en permanence. Il sera le premier à t’inviter à une soirée en te disant «Mais tu apportes ton appareil là?» ou encore à se préparer un peu trop à toutes les fois qu’il te voit «au cas où tu prendrais des photos». Ensuite, il t’harcèlera pendant 3 jours pour avoir les photographies que tu as prises le plus rapidement possible. L’ami sera celui dont les photos apparaitront dans ton album de photo de famille, qui feront parties de vos souvenirs communs, mais pas uniquement des siens. Celles de «l’ami profiteur» seront uniquement dans ton portfolio ou bien dans son album à lui, qui contiendra uniquement ses souvenirs. Si tu as l’impression de prendre des photos pour les souvenirs de l’autre et non pour les tiens, c’est pas bon signe!
5- Un profiteur te fait tourner autour de sa vie!
Un ami, ça aide, ça partage et ça entretient une relation. C’est une relation en évolution constante qui se base sur la confiance, le plaisir et l’échange. Un profiteur c’est là quand il a besoin de tes services, quand lui a besoin de toi. Bref, c’est pas vraiment là et ça ne vaut pas grand chose. Le but de l’échange, c’est de donner et de recevoir. Quand une relation est basée sur le don de soi, sans que l’autre n’est à faire d’efforts, ça ne vaut pas le coup.
Avoir des «amis» de ce type peut malheureusement devenir très commun lorsqu’on a une carrière et une certaine «popularité». Et croyez-moi je ne me prend vraiment pas pour Oprah ou Rihanna. Mais à l’expérience, je sais seulement que pour certains, avoir moindrement de succès est une raison suffisante pour tenter de créer une nouvelle amitié. Je suis d’ailleurs à peu près certaine que d’autres métiers vivent ce phénomène et en tant que photographe, je ne suis pas exclue du lot. Alors, si vous n’êtes qu’intéressé que par ma carrière, mes techniques, mes fournisseurs ou ma vie professionnelle, sachez que je ne suis pas intéressée à entretenir ce genre de relations avec vous et surtout, que ce genre de relations ne mènent nul part. À part sans doute à votre unique bénéfice.
Mais surtout, que je suis assez bien entourée pour être heureuse… La crème de la crème je vous disais!
Blog226

Plus
d'articles