Photographe: Les possibilités d’emplois du domaine

magenta, pigment b, photographe, photographie, photographe indépendant, bébé, famille, enfant, sarah tailleur, québec, studio, art, artiste, photographique, studio de photographie,
Partager sur facebook
Partager sur pinterest

La photographie est un domaine où il peut être assez difficile de se trouver un emploi ou de bien se placer. C’est souvent à force d’imprévus qu’on avance, on signe des contrats parfois sans trop les comprendre, on prend des décisions au mieux de nos connaissances… Bref, on essai de s’en sortir pour avoir un repas dans notre assiette à tous les jours. Que ce soit en étant autodidacte ou encore diplômé en photographie, les choix de carrière sont plutôt restreints. On peut décider de se lancer à son compte, on peut travailler pour une chaîne de studio ou encore être assistant/retoucheur pour un autre photographe. La question n’est pas d’évaluer ce qu’il y a de mieux, mais beaucoup plus ce qu’il y a de mieux pour vous. C’est totalement faux d’affirmer que tous les photographes sont fait pour être travailleur autonome, comme certains sont incapables de travailler dans une chaîne. Je vous présente donc les bons et les mauvais côtés de tous les types de métier par rapport à la photographie.
1- Être photographe indépendant
Un photographe indépendant doit être persévèrent, avoir de l’initiative, de l’entregent et n’avoir pas peur du risque. Il doit investir des sommes assez considérables dans de l’équipement, de la publicité, du matériel informatique et des logiciels. Aucun client ne lui ait garanti, il doit travailler pour en trouver. Il gère son horaire, ses créations et ses commandes. Il doit être performant et offrir une qualité irréprochable pour devenir «populaire». Si vous manquez de confiance en vous, n’êtes pas capable de prendre des décisions en solitaire et n’avez pas une bonne base marketing, ça peut être difficile voire impossible. Ce type de travail est idéal pour les photographes qui sont très autonome, qui aiment faire preuve d’innovation, qui n’ont pas peur de la concurrence et qui ont une très grande confiance en leur service.
Les bons côtés
+ Liberté artistique infinie
+ Peut obtenir un très bon salaire
+ Horaire variable
+ Aucun boss
+ Choisir ses vacances
+ Choisir ses clients
+ Accomplissement professionnel très élevé
Les mauvais côtés
– Très dispendieux pour débuter
– Doit gérer beaucoup de stress
– Grande responsabilité
– Investir dans la publicité et le bon fonctionnement de son entreprise
– Gestion des commandes, de la comptabilité, des rendez-vous, des clients, de la retouche…
– Instabilité et risque au niveau des finances
– Régler les problématiques seul
-Personne pour nous remplacer en cas de maladie
2- Être photographe dans une chaîne de studio (Sears, Magenta, Walmart, etc)
Un photographe dans un studio peut se permettre plus de stabilité. Son horaire est imposé et il a une certaine assurance salaire. Parfois même une assurance collective. Il doit tenir en compte des règles de l’entreprise au niveau de sa création, ce qui lui donne peu de liberté. C’est idéal pour les personnes qui sont moins «leader» et qui préfèrent se voir imposer des limites. Idéal aussi pour ceux qui sont moins créatifs et qui préfèrent travailler en étant encadré. Le niveau de stress est aussi moins élevé comme il ne gère pas la comptabilité, les revenus de l’entreprise, les commandes etc.
Les bons côtés
+ Bas niveau de responsabilité
+ Horaire stable
+ Avantages sociaux
+ Stress plus bas
+ Acquérir de l’expérience
Les mauvais côtés
– Salaire souvent assez bas
– Contrat parfois très contrôlant même après avoir démissionné
– Pression pour la vente
– Peu de liberté
– Aucun mérite individuel, mais bien collectif
– Les photos prises sont la propriété de l’entreprise
– Côtoyer des personnes qui n’ont parfois aucune formation
3- Être assistant-photographe/retoucheur pour un photographe
Être un assistant-photographe ou un retoucheur permet d’acquérir beaucoup d’expérience. Autant au niveau du traitement de l’image que dans la prise de photographie. Idéal pour ceux qui voudraient devenir photographe indépendant, mais qui ne sont pas prêt à faire le saut. Tempérament sociable idéal pour la création de bons contacts d’affaire. Ça prend de l’initiative, car il ne faut pas avoir peur de proposer ses services. Ce travail est parfait pour quelqu’un qui sort de l’école et qui aimerait avoir de l’expérience. Toutefois, aucun plagiat n’est toléré et approcher les clients du photographe est certes une très mauvaise idée. Vous vous ferez une bonne ou une mauvaise réputation auprès de vos collègues… À vous de voir!
Les bons côtés
+ Expérience très enrichissante
+ Apprendre la technique
+ Création de contact
+ Possibilité de travailler avec plusieurs professionnels du domaine
+ Bonne façon de se bâtir une réputation
Les mauvais côtés
– Aucune assurance de travailler
– Contrat parfois limitatif
– Difficile de se dissocier du photographe
– Souvent fait en même temps qu’un autre emploi
– Limité aux règles du photographe

4. Être retoucheur indépendant  (En collaboration avec Leila Staali de chez Sublim)
Le retoucheur est le dernier maillon de la chaîne de production d’une image, non seulement il est responsable de rehausser l’esthétique d’une photographie, mais doit également y ajouter une ambiance ou une atmosphère bien précise, qui est souvent dicté par le photographe ou le client. Il est fréquemment considéré comme un magicien ou un docteur de l’image et dois souvent réaliser des retouches ardues dans des délais très courts. Il doit donc savoir gérer son temps, savoir faire face aux clients pressés et stressés par leurs délais et, surtout, fournir un travail de qualité dans les temps demandés. La technique n’est toutefois pas suffisante, sans des connaissances poussées de l’anatomie humaine et des proportions en général, le retoucheur ne pourra malheureusement pas fournir un travail de qualité.Les bons côtés
+ le travail se fait à distance, il est donc possible de travailler pour des clients internationaux
+ horaire flexible
+ coût moins important pour le matériel (besoin que d’un ordinateur, Photoshop et d’une tablette graphique pour l’essentiel)
+ choisir ses clients
+ choisir ses vacances
+ peut obtenir un très bon salaire
+ imposer ses limites de retouche (valeur, éthique)
Les mauvais côtés
– moins de renom (les crédits retoucheur sont rares)
– instructions dictées par les photographes (moins de liberté artistique)
– pas de sécurité emploi/salaire (dois constamment chercher des contrats)
– pression du respect des délais (souvent très court)
– Peut être difficile de trouver un emploi
– Le métier est encore très peu reconnu

Maintenant que vous connaissez les possibilités, sachez aussi que plusieurs photographes formés ne se placent jamais dans le domaine. Il faut parfois savoir reconnaître la différence entre aimer la photographie et être performant en photographie. Le talent et le sérieux sont les bases de la démarche artistique, mais il faut aussi connaître ses forces et ses faiblesses. En étant fonceur et persévérant, vous y arriverez.

Photographie de moi par Pigment B
magenta, pigment b, photographe, photographie, photographe indépendant, bébé, famille, enfant, sarah tailleur, québec, studio, art, artiste, photographique, studio de photographie,

Plus
d'articles