Photographe: Se concentrer sur les clients des autres…

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Avec le temps, j’ai obtenu une banque de clients que je trouve assez intéressante. Des gens avec qui je m’entends bien et qui ont une philosophie de vie qui ressemble à la mienne. Des clients que je vois plusieurs fois par année, d’autres qui viennent aux grossesses ou aux naissances. Des couples qui fêtent leur anniversaire en studio ou encore des enfants qui grandissent. À chacun sa spécialité! À force d’effort et de, je crois, bon service, plusieurs ont développé une grande confiance en moi et en mes services. De mon côté, je m’ouvre de plus en plus à ceux-ci et  j’ai un énorme plaisir de les revoir que ce soit une Julie, une Lauréanne, une Stéphanie, une Joanie ou encore une Isabelle… Et j’en passe!
Je suis très heureuse de la clientèle que j’ai et je suis fière d’avoir travaillé très fort pour l’obtenir. Des gens qui aiment la simplicité, qui sont ouverts d’esprit et qui arrivent avec un grand sourire même si ils n’ont pas dormis de la nuit. C’est ce qui rend mon travail intéressant, si j’avais des clients snobs ou grincheux, je changerais vite de travail. J’aime recevoir de nouveaux clients, tisser de nouveaux liens avec des gens qui apprécient ce que je fais. À force d’expérience, je me suis aperçu qu’il était préférable de se concentrer avant tout sur ceux qui me font confiance et non sur ceux que je n’ai pas. Où est-ce que je veux en venir? La majorité des photographes professionnels sont très loyaux envers leurs compétiteurs. Au Québec, le monde des photographes est assez facile d’accès, on se parle, on discute, on s’écrit des courriels lorsqu’on a des problèmes, on se donne des trucs et on aime se rencontrer. C’est agréable de vivre dans ce monde de créativité. Toutefois, il y a aussi un type de photographe qui travaille en solitaire et qui fait une fixation sur les clients des autres plutôt que des leurs. Pour un photographe qui débute, voici mon conseil, laissez vous choisir. Un bon service et une qualité intéressante est assez pour attirer les clients. Si vous essayez d’emprunter les clients des autres, vous vous ferez probablement un très mauvais nom dans l’industrie et vous n’aurez personne qui désirait vraiment vos services. Pour avoir du plaisir en travaillant, collaborer avec des gens qui aiment ce que vous faites est l’idéal. Si vous approchez des clients qui vont ailleurs en leur disant que vous faites un bon prix ou que vous leur offrez une séance gratuite, ils n’iront pas chez vous pour vous, mais pour votre offre. Aucun processus de fidélisation est possible.
Bien que cette pratique soit peu répendu et que tel que dit, la majorité des photographes sont très loyaux, il existe toujours des exceptions. Comment reconnaître ces photographes de mauvaise concurrence en 5 points?
1- Ils publient un lien vers leur site, leurs images ou encore leur page Facebook sur celle d’un autre photographe. Comme si le photographe n’allait rien voir et allait vous trouver sympathique de vous faire de la publicité sur son dos. Au contraire, il vous supprimera probablement et aura une image très négative de vous. Même si vous le faites de manière subtile en commentaire une photo et en laissant votre site Web, c’est déjà trop.
2- Ils écrivent aux clients des autres photographe pour offrir leurs services. Il y a assez de gens au Québec pour ne pas avoir à viser des clients qui viennent de faire des photos ailleurs non?
3- Ils critiquent le service des autres sans le connaître. Vendez votre service plutôt que de diminuer celui des autres. Un principe de base. Personnellement, il m’arrive que des clients me disent où ils sont allés avant de venir chez moi, comme il m’arrive aussi de référer un autre photographe pour un contrat que je ne peux prendre. Chose que je ne ferais pas avec un photographe que je sais de mauvaise foi. À chaque client son photographe, il est important de trouver des clients avec qui ça clique!
4- Ils aiment dire qu’ils sont aussi photographe lorsque quelqu’un de leur contact montre des photos prises ailleurs. Laissez le crédit au photographe qui a prise les photos de votre contact et profitez plutôt de ceux qui présentent les photos que vous leur avez fait. Aimeriez-vous qu’un ami montre vos photos et qu’un autre commente en disant «Moi aussi je peux vous faire des photos, je suis photographe! www.sarahtailleur.com» ? Non. Probablement pas. Chaque photographe a droit à son crédit.
5- Ils écrivent des courriels avec de faux noms pour obtenir toutes les informations relatives au service de ses compétiteurs. Ça ces derniers temps, c’est très à la mode. Les prix sont souvent disponibles sur le site Web du photographe, ne lui faites pas perdre de temps en posant des questions comme si vous étiez un faux clients.
Cet article n’est pas basé sur un cas réel ou une situation qui s’est produite dernière, il cible plutôt une tendance qui est de plus en plus remarquée par les photographes. Il ne se veut pas négatif, mais bien positif. Au lieu de vous concentrer sur les clients des autres et d’angoisser, prenez soin des vôtres et travaillez avec plaisir!
 
 

Plus
d'articles