Photographie de mariage: Mononcle Kodak

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

À tous les mariages, sans exception, il y a un mononcle Kodak. Parfois, c’est une belle-mère, un frère, un ami… mais il y a toujours quelqu’un qui veut prendre plus d’espace que le photographe professionnel à un moment ou un autre. Je ne veux pas que mon dernier mariage se sente visé ou encore l’autre d’avant. C’est une réalité que tous les photographes de mariage connaissent et qui continuera pour des centaines d’années à venir!
Être photographe pour un événement, c’est vraiment pas une chose facile à accomplir. Il faut toujours réfléchir, trouver des solutions, penser à ses techniques, l’angle, la lumière, gérer l’environnement etc. Il suffit que d’une seconde pour manquer ce qui aurait été la photo du siècle. Être à l’affût n’est pas un standard, c’est une obligation. Dans le cas d’un mariage, je me créé une sorte de bulle. Mon oeil devient à la grâce de mes clients, j’observe, scrute, mais surtout je veux trouver ce qui leur fera un merveilleux souvenir. Je veux montrer tous les petits moments qu’ils ne peuvent pas voir en me faisant observatrice de leur journée à eux.
Parmi les difficultés rencontrés, il y a les Mononcle Kodak. Ce n’est pas par méchanceté que je les cible. Habituellement, ils veulent seulement le bien des mariés en prenant des photos. Par contre, comme photographe officielle de l’événement, c’est un stress de plus à gérer. Pour les mariés, ça semble annodin. Pour les invités, ce n’est rien du tout. Pour une photographe, c’est une difficulté à surmonter. Mais pourquoi les Mononcle Kodak nous gêne tant?
1- Espace de travail
Habituellement, les Mononcle Kodak sont astucieux. Ils suivent le photographe officiel, de cette façon ils trouvent les «bons spots» et prennent des photos très relativement semblables. Par contre, pour moi, ou tout autre photographe officiel, c’est travailler avec quelqu’un dans ses pattes en permanence. Ils peuvent se placer directement devant nous pour nous cacher la vue ou encore nous suivre de tellement prêt qu’il nous est impossible de reculer sans bousculer personne. De cette façon, je peux manquer de bons clichés et je dois me mettre à dos le Mononcle Kodak.
2- L’attention
Dans un gros événement, il est très difficile d’avoir l’attention de tout le monde. Parfois on doit crier, faire des signes ou encore faire le clown. Rien de plus fâchant que de placer une famille pour une pose, de prendre environ 10 minutes juste pour avoir la pose parfaite et que lorsqu’on vient pour prendre des photos, Mononcle Kodak apparaît à ma droite. En plus de profiter de ma pose que j’ai pris du temps à réussir, il invite les gens à le regarder. Résultat, le photographe doit parler plus fort et sur la photo la moitié me regarde et l’autre regarde le Mononcle Kodak. Ce qui fait qu’on doit prendre deux fois plus de photos et que les enfants sont terriblement tannés de garder la pose. En pensant bien faire, il gâche tout simplement la photo.
3- Photographe officielle
Les Mononcle Kodak semblent oublier que nous sommes engagés par les mariés et que nos photos leur seront livrées. Que même si ils prennent la même photographie que nous, les mariés l’auront aussi et que la nôtre risque d’être de meilleure qualité que ce soit par le matériel utilisé ou la technique. Ils semblent aussi oublier que la photographe officielle a un métier et que c’est de prendre de bonnes photos. Que la photographe sait ce qu’elle doit faire.
Alors, lors de mariage, je vous supplie d’essayer de vous tenir loin du photographe avec votre appareil photo. Mais surtout, n’oubliez pas que quelque soit votre métier, vous n’êtes pas le photographe officiel de l’événement.
*Notez que le Mononcle Kodak peut aussi être un vidéaste amateur.

Plus
d'articles