Photographe débutant: Qu’en est-il d’un diplôme?

étude, diplome, étude photographe, photographie, programme photographe, québec, sarah tailleur, étudiant, débutant, débuter en photo
Partager sur facebook
Partager sur pinterest

En partageant mon dernier post, je me suis aperçue que certains pouvaient confondre mon opinion sur les débutants en photographie, les études et les amateurs. Je vais donc essayer du faire du mieux que je peux pour que ma pensée ne puisses être interprétée différemment que ce que j’en pense réellement. La problématique du Web, c’est que notre message peut être compris n’importe comment et par n’importe qui. Vous vous faites donc une idée, parfois inverse de ce que je veux réellement en dire. Cet article s’adresse particulièrement aux photographes qui débutent. Je tiens à faire voir les différentes facettes de l’étude photographique, mais aussi de l’apprentissage autodidacte. Pour ma part, je joue entre ces deux mondes. Je n’ai pas de diplôme en photographie, car j’ai étudié en arts visuels et en design graphique. Je connais donc le domaine du design, mieux que celui de la photographie. Mon métier a été surtout appris à force de m’informer sur le sujet. En autodidacte.
Pour ceux qui ne savent pas comment devenir photographe, voici les bons et mauvais côtés des deux possibilités. Il n’y a pas de mauvaises ou de meilleures possibilités et il y a des exceptions à toutes règles.
+ ÉTUDE
Positif:
– Apprendre la technique. L’école est une bonne façon de comprendre techniquement comment fonctionne l’appareil et la lumière.
– Plus d’encadrement pour ceux qui sont moins à l’aise d’apprendre par eux-même.
– Un suivi personnalisé en conséquence de la personne.
– Avoir la possibilité d’évoluer et de partager avec d’autres débutants.
– On apprend les base du design, de la composition et de l’historique du métier.
– On apprend à critiquer et à mettre des mots sur nos idées.
– Notre travail est critiqué et on nous montre à éviter certaines erreurs.
– Apprendre comment développer sa créativité.
Négatif:
– L’école et le professeur peuvent influencer le développement de l’élève. Certaines écoles encourageront l’aspect technique, d’autres le côté artistique.
– On peut parfois être poussé vers un style plus populaire.
– Plus coûteux que l’apprentissage autodidacte.
– Ne garantie pas le talent de l’étudiant.
– On apprend pas nécessairement la relation client/photographe comme on le fait de façon autodidacte.
– Les techniques sont parfois moins à jour que celle du marché.
– Souvent des formules temps pleins qui ne permettent pas études/travail.
+ AUTODIDACTE
Positif:
– On développe plus rapidement notre propre style.
– Développe la curiosité.
– On apprend plusieurs techniques au goût du jour.
– Peu coûteux.
– Gestion de son temps selon nos occupations.
– Permet d’expérimenté à son rythme.
Négatif: 
– Peut être plus difficile de maîtriser la technique et l’apprentissage de la lumière .
– Prend beaucoup de temps, d’essais et de persévérance.
– On peut faire des erreurs d’amateur sans les voir.
– On débute avec peu de contacts si on a pas travailler dans le domaine.
– Peut être plus difficile de se donner le titre sans diplôme.
– On doit s’informer sur la totalité du métier: Histoire, technique, art, gestion
– Il peut parfois être plus facile de copier que de créer.
Dans les 2 cas, le portfolio est la base du cheminement. Que vous ayez des études ou pas, le talent et votre style correspond à votre démarche de photographe. C’est vous qui ferez votre parcours et qui déterminerai le style que vous déciderez d’avoir. Nul besoin de faire la même chose que moi, vous pouvez être photographe alimentaire, faire du photo-reportage, faire du paysage ou être un photographe médical, être très artistique ou très populaire… C’est vous qui faites votre chemin et il n’y a pas qu’un seul chemin.
étude, diplome, étude photographe, photographie, programme photographe, québec, sarah tailleur, étudiant, débutant, débuter en photo

Plus
d'articles