Séance photo : ces moments cocasses…

Partager sur facebook
Partager sur pinterest

En 5 ans à mon compte à titre de photographe spécialisée en photographie de jeunes familles, j’en ai entendu et vu de toutes les sortes! Des paroles naïves des enfants qui visitent mon studio aux moments cocasses et épiques. Je crois même qu’un jour, je pourrais écrire un livre juste d’anecdotes. En voici quelques une, juste pour vous!

1— Oups, une brise!
Ça arrive environ 2 fois par année, un enfant âgé de 3 à 5 ans qui veut s’habiller seul le jour de la séance. On achète la paix, on le laisse faire et on part chez la photographe. Puis, pendant la séance, lors d’un moment où il décide de s’étirer de tout son long, on s’aperçoit qu’« oups! » il a oublié de mettre des bobettes. Eh oui, il se promenait la zouize au vent tout ce temps et est désormais « commando » dans le studio. Dans le cas des petites filles, c’est souvent quand il est temps de faire une pause en robe, ça enlève un brin d’élégance. Dans les cas les plus savoureux, on le réalise pendant une crise de bacon à terre. Alors là, adieu crédibilité!

2— Une question de force!
Pour faire rire les enfants et interagir avec eux, il arrive souvent que je propose des mises en scène. Pour les petits garçons, il arrive souvent que je parle de leurs muscles et que je demande de faire une pose en montrant ses muscles. Un jour en studio, j’ai demandé à un petit bonhomme de 5 ans si c’était lui le plus fort de la maison. À ma grande surprise, j’ai eu droit à une réponse à laquelle je ne m’attendais pas tellement : « Non! C’est papa le plus fort parce que c’est lui qui a le plus gros pénis! » Un léger malaise puis un éclat de rire de ma part. Comment voulez-vous ne pas rire devant un petit garçon qui vous annonce fièrement que son papa a un plus gros membre que le sien? Pire, qu’il quantifie sa force avec celui-ci. J’ai eu droit à un fiston fier, un papa gêné et une maman au rire jaune.

3— La vérité sort de la bouche des enfants
Il arrive que vos enfants vous mettent dans le pétrin, que vous le vouliez ou non. Ils ont un don pour ces choses là, on va le dire! Ce seront les premiers à faire état d’une chicane de couple avant la séance ou encore de l’ambiance à la maison des derniers jours. Bref, la meilleure qui me vient en tête est celle d’une petite fille de 6 ans qui, dans les 30 premières secondes suivant son arrivée, me salue et se hâte de me dire « Maman ne voulait plus venir te voir, ses fesses ne voulaient plus entrer dans son jeans ». Ils ont le don de vous mettre à l’aise vos marmailles!

4— Photoshop?
Mes clients savent que j’utilise Photoshop pour réaliser mes retouches. Quand on parle d’un client régulier, il arrive que celui-ci ait un stress en moins à cause de ce fameux logiciel. Au diable le bouton dans le front ou le bleu sur la joue, Photoshop va s’en occuper. Avec le temps, les enfants ont aussi développé leur connaissance du logiciel. Lors d’une séance dehors, un petit bonhomme d’environ 6 ans m’expliquait qu’il avait brisé l’une de ses dents à l’école. Il était mal tombé et elle avait noirci. En m’expliquant la scène plus que rocambolesque, il m’a demandé si j’allais pouvoir lui la « folichopper ». Si ça te fait plaisir, bonhomme. Je vais te la « folichoper » ta dent!

5— Les bonnes vieilles blagues de pets
Les blagues de pets, c’est très vendeur avec les enfants, tout le monde le sait. Les « pipi », « caca » et « poil » de ce monde ne se sont jamais aussi bien portés que dans mon studio. De ce fait, il arrive que je fasse semblant de sentir des odeurs qui n’existent pas vraiment pour avoir un brin de sourire. Une fois, j’ai demandé à 2 enfants qui avait pété, car ça sentait « mauvais ». Résultat, d’un ton sérieux et affirmé, une petite fille de 4 ans m’expliqua que c’était sans doute son papa, car «Papa, il pète tout le temps! Des fois, il pète à l’épicerie, et il dit que c’est nous!». Eh oui, le bon vieux truc d’accuser les enfants. Sauf que papa, il les croyait trop naïfs pour le répéter!

6— Les mystères de la vie
Il y a des mystères de la vie qu’on ne cesse d’élucider en studio, par exemple comment a été fait un petit frère ou une petite soeur. Évidemment, je ne leur pose pas la question pour prendre bien soin de rendre tout le monde bien mal à l’aise avec une explication à un moment non opportun, mais parfois, je dirais que certains enfants ressentent le besoin d’aller de l’avant. Alors que je recevais une famille de 4, le grand frère de 4 ans m’expliqua que son petit frère de quelques semaines à peine était « sorti par où on fait caca ». Son explication était plus que fondée, maman avait mal au « péteux » depuis son accouchement. Ouais, ça me semble tout à fait juste comme évaluation…

Comment ne voulez-vous pas aimer votre boulot quand il y a une foule d’anecdotes de la sorte qui se produisent chaque semaine? Je l’avoue, pour travailler avec des enfants, il faut, oui de la patience, mais surtout, beaucoup d’imagination et d’humour. En même temps, quand ils sortent des anecdotes aussi « cutes » c’est difficile de leur en vouloir!


 

Plus
d'articles